Chains of foules
Écrit par Isabelle Nivet |
 

verdureChaque année, pour Les nuits de Lucie, la ville de Pont-Scorff invite un artiste à s’emparer de trois chapelles pour les mettre en lumière pendant les deux week-ends précédant Noël. Après Yann Kersalé, Ludwig, ou l’association Multi-prises, c’est au tour de Cédric Verdure, artiste nantais, de jouer avec la nuit. Entre exposition et installation, ses sculptures en grillage composent une foule silencieuse, créant des images poétiques et étranges...

C’est son CV d’autodidacte qui a fait flasher Christian Mahé, à l’Atelier d’Estienne. Cédric Verdure n’a pas « un parcours en école d’art. Quand j’ai commencé j’étais animateur. J’ai essayé la terre, le bois, la pierre, le moulage... J’avais des chutes de grillage et je cherchais un matériau accessible financièrement, d’une mise en œuvre pas trop compliquée, parce que je voulais faire du monumental et de la taille réelle ». C’était il y a quinze ans. Depuis, Cédric Verdure a trouvé une place, un peu hybride, entre concept et déco : " Pour moi, c’est de l’art contemporain accessible, qui parle aux gens". Ses sculptures, souvent à forme humaine, composent des foules un peu étranges, qui semblent être dans l’attente de quelque chose venu d’ailleurs. Stylisées et épurées, ces figures acquièrent une poétique inattendue par la lumière, qui vient se glisser à l’intérieur pour créer du volume, et faire oublier le matériau d’origine, qui devient comme du verre dépoli, nimbant les silhouettes d’un halo lumineux : « c’est de la LAO. Lumière Assistée par Ordinateur ». Sa main géante, lors d’Estuaire 2007, sur le site du Carnet, a été faite avec une toiture de poulailler. Pure récup : « Maintenant j’achète du matériau neuf, parce que j’ai besoin de beaucoup, mais les vieux rouleaux sont de meilleure qualité. J’aime l’idée du produit gratuit sublimé ». Souvent
intégrées au patrimoine, les expositions de Verdure, « je préfère parler d’exposition, car chaque pièce est une œuvre à part entière » se visitent la nuit : Nuit blanche à Paris ou Fête des lumières à Lyon : « Pour Les Nuits de Lucie, j’ai créé une scéno sur mesure à partir des sculptures que j’avais, plus une que j’ai réalisée spécifiquement ». Un travail où réalisation importe autant que résultat, puisque Verdure a une façon particulière de se confronter à ce matériau si complexe à façonner en volume : « Je mentalise en 3D le dessin et je le chorégraphie comme des katas de karaté, avec sa dynamique. Chaque œuvre est travaillée à partir de la gestuelle nécessaire pour dérouler et manipuler le grillage sans se faire mal ». Au final, des œuvres qui, agencées et mises en lumière, créent des images et illustrent des idées : « C’est pour moi un moyen d’aborder des sujets sociétaux ou philosophiques, de concrétiser mes pensées à travers l’art. D’agir… »

Additional Info