Vendredi, 03 Juin 2016 12:52

THERSI À QUIMPERLÉ

Écrit par 
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les Bretons en photo dans la ville

C’est le gros événement de la saison, en Pays de Quimperlé. D’abord parce que la ville y consacre deux de ses lieux d’exposition fétiches, la Maison des Archers et la Chapelle des Ursulines. Ensuite parce que l’artiste exposé est l’un des grands noms bretons, le photographe des hommes et des femmes de Bretagne, « Thersi » : Michel Thersiquel.


La Chapelle des Ursulines, en haute ville, reçoit donc Thersiquel, après Tal-Coat, Bazaine, Combas, Paul Bloas… Dans ce lieu clef de la ville, chaque été, les Ursulines aimantent les amateurs d’art, mais avec Thersiquel, c’est l’émotion qui s’invite. Au-delà du talent, au-delà de la technique, au-delà de la dimension artistique, Thersiquel, c’est d’abord un témoin, LE témoin de la vie des Bretons, de leurs rires et leurs rides, leurs vies, la vie. Presqu’un ethnologue, presqu’un sociologue, autant qu’un amoureux des gens, un as du portrait. Thersiquel a disparu en 2007, et c’est ici la première grande exposition depuis, réalisée en partenariat avec l’association Les amis de Michel Thersiquel et le Port-Musée de Douarnenez, qui est aujourd’hui le dépositaire et administrateur du fonds photographique de « Thersi », soit 70 000 photos… Aux Ursulines, et en noir et blanc, sont ainsi visibles les séries qui ont rendu Thersiquel célèbre, celles de ses débuts, à Pont-Aven où il s’installe au début des années 70 et qu’il rencontre des figures de la culture bretonne tels que Xavier Grall, Georges Perros, Glenmor… Dans les images présentées, c’est comme un reportage géant sur la Bretagne. Des hommes et des femmes au travail, des années de photographies, une approche honnête et empathique de l’autre, cafés-épiceries, travaux des champs, marins pêcheurs, vie quotidienne dans les îles bretonnes, villages de l’intérieur et des côtes… Exceptionnellement, la très romantique galerie du magnifique cloître des Ursulines est ouverte, un plaisir supplémentaire, et y est accrochée une série qui fera particulièrement tilt aux Lorientais, celle intitulée « Kerpape », des images très fortes, celles de corps handicapés, faites au centre de réadaptation fonctionnelle de Plœmeur. Conçue comme un parcours, l’exposition se poursuit avec encore des photographies, dans la sortie par l’arrière de la chapelle, puis dans la rue Savary, qui relie haute et basse ville (dans la descente, en profiter pour boire un verre Chez Chouchou, ou y réserver une table pour goûter leurs formidables Ribs caramélisés). Enfin, dans la mignonne Maison des Archers, en basse ville, demeure de notable du XVIe siècle, c’est la couleur Thersiquel qui est mise en avant : celle des années 80, où il doublait ses reportages en noir et blanc par un autre boîtier chargé en films couleur. Une couleur, qui, comme pour rattraper des années de noir et blanc, jaillit et explose, notamment dans le jaune des cirés Cotten, dont Thersiquel a su faire un usage graphique bien avant l’heure.

 

>  Chapelle des Ursulines. 02 98 39 28 44 – 02 98 96 37 37
> Maison des Archers. 02 98 39 06 63
Les deux lieux sont ouverts tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h sauf le mardi.
> Tarif de 3€ à 5€

Lu 2322 fois Dernière modification le Jeudi, 21 Juillet 2016 15:23
Connectez-vous pour commenter